au ciné : Zarafa

Zarafa au cinéma

Zarafa

Ma fille de 4 ans et demi a vu la bande-annonce et a tout de suite exprimé l’envie d’aller voir ce film.

Elle est habituée à l’image, au long-métrage, elle aime les vrais films (même si le noir et blanc ou le muet l’ont un peu étonné au début), du coup Oui-Oui, Petit Ours Brun, et compagnie c’est fini… l’un de ces films préférés c’est Charlie et la Chocolaterie (surtout la première version d’ailleurs)… Et elle aime beaucoup Kirikou. Et comme elle est passionnée par les animaux et surtout ceux de la savane sa demande ne m’a pas étonné.

Après vérification de l’âge : 5 ans, et imaginant un troisième volet de kirikou nous sommes donc parties au cinéma.

Le début m’a surpris par sa dureté tant dans le sujet,  les propos que par les images…

Entendons nous bien, il n’y a pas de sang qui coule, mais des esclaves enchaînés, l’exécution par l’exclavagiste de la girafe qui protège Maki, le jeune héros), la mort supposée de Hassan le bédouin qui se prend d’affection pour l’enfant.

Perso, flashé sur le dessin, un peu à la corto maltèse avec plus de douceur tout de même et plus de couleurs chaudes.

Ce qui est bien c’est le réalisme des situations. En vain un homme tente de sauvé son pays en demandant de l’aide à un roi ridicule et sans compassion. La promesse d’un enfant ne fait pas le poids face aux desiderata des adultes.  La condition animal et humaine est mise à mal.

Dans un village, c’est un grillo qui raconte aux enfants  – tel un chorus réagissant aux mots du vieux narrateur – l’histoire d’un des leurs. Un enfant volé par un négrier qui s’échappe de ses fers et se lie d’amitié avec des girafes. L’esclavagiste le pourchasse et tue une girafe (la mère de Zarafa), l’enfant promet alors de veiller sur cette petite girafe orpheline.  Mais c’est sans compter sur un homme (hassan le bédouin) qui le sauve des mains du négrier blanc mais emporte avec lui la jeune girafe. Makki le suivra avec moult péripéties jusqu’à Paris. 

J’aurais tendance à dire que 5 ans est un peu jeune pour la plupart des enfants. Mais le film est bien fait et l’histoire juste l’emporte sur les réserves. Après tout Bambi n’est pas rose-bonbon non plus… Il y a donc de la tendresse, de l’humour et de la tristesse aussi. Et puis quel enfant n’a jamais rêvé de grimper aux arbres par l’intérieur.

En sortant ma kid m’adit qu’elle espérait le revoir en dvd bientôt… (dans 6 mois sans doute)

Bande-annonce :

Donc c’est un beau film, plus mature que Kirikou. Donc pas avant 5-6 ans (bon ça n’est que mon avis hein ;-))

 vous pouvez voir des infos :
http://www.pathefilms.com/film/zarafa

Publicités